MAISON EUROPÉENNE DE LA PHOTOGRAPHIE (MEP). Paris, France
2017.09.06-2017.10.29

 

L’EXPOSITION
« J’ai décidé de me fondre dans l’environnement. Certains diront que je disparais dans le paysage ; je dirais pour ma part que c’est l’environnement qui s’empare de moi ». Sculpteur, performeur, et photographe, Liu Bolin – surnommé « l’homme invisible » – est né en 1973 dans la province de Shandong, à l’est de la Chine. Il étudie à l’Académie des Beaux-Arts du Shandong avant d’obtenir son diplôme au Beaux-Arts de Pékin en 2001. Il vit et travaille à Pékin.

En 2005, sa première série, « Hiding in the City » (Se cacher dans la ville), présente un autoportrait de l’artiste immobile et recouvert de peinture, se confondant avec les décombres de son atelier, situé dans le quartier d’artistes rasé par le gouvernement chinois. Une protestation silencieuse : Liu Bolin se rend invisible pour se faire remarquer.

Depuis, il crée des oeuvres mêlant photographie, body art, art optique et sculpture vivante. Cet homme-caméléon pose pendant des heures devant un mur, un paysage ou un monument pour arriver à se fondre dans le décor – les yeux fermés, sa silhouette à peine visible – avec l’aide des ses peintres-assistants, sans aucun trucage numérique. À la fin du processus de camouflage, il fige la performance grâce à la photographie.

Ses clichés, souvent ludiques, sont également porteurs d’une forte charge symbolique. Caché devant un drapeau, il nous montre comment l’individu se perd dans une identité collective ; noyé dans le rayon d’un supermarché devant des canettes de boissons importées, il dénonce la société de consommation.

Cette exposition à caractère rétrospectif regroupe les meilleures images des quatre grands thèmes abordés par Liu Bolin depuis plus de dix ans : « Politique et censure », « Tradition et culture chinoise », « Société de consommation » et « Informations, médias et liberté de la presse ».